dimanche 25 mars 2007

Série Bayrou (1) : gouverner au centre

Maintenant que les oracles de la campagne, j'ai nommé les sondages, semblent montrer un tassement du phénomène Bayrou, toujours en bonne position mais ne parvenant pas à dépasser ses rivaux PS et UMP, maintenant donc que nous avons un peu de recul, on peut essayer de réfléchir sereinement au phénomène. J'ai déjà commis un billet sur le fait que notre ami béarnais forçait la gauche à se repenser par rapport à un clivage droite-gauche qu'elle tient pour constitutif, nécessaire, pérenne, et transcendant. Je vais essayer de pousser l'analyse, en analysant d'abord sur quelles bases peut se fonder la volonté de FB de gouverner au centre, puis le caractère anti-système de la candidature Bayron, et enfin son lien avec le libéralisme. Oui, je sais, je n'ai pour l'instant que marginalement brillé par ma propension à tenir les promesses annoncées sur ce blog : il y a maintenant un certain nombre de billets notés (1) qui attendent leur (2). Eh bien, espérons quand même !

Gouverner au centre, donc. Vieux rêve que celui de réunir la nation quasi-unanime sur un projet accepté de tous et refusé des seuls extrêmes. « Pourquoi voulez-vous qu'il y ait une opposition ? », disait De Gaulle. Souvenirs brumeux de l'Union sacrée ou du bloc national. Rêve que le bien commun se construise dans la concorde plutôt qu'à travers une succession partisane, que par cette sorte de louvoiement qui permettrait d'y tendre par coups de barre successifs de part et d'autre. Soit L, le bien commun : après tout, pourquoi ne pas dire f(x) = L plutôt que de tenter absolument f(x) = cos(x)/x + L ?

Mais, bien évidemment, les gens de bon conseil d'expliquer au Béarnais qu'on y avait déjà pensé, merci, mais que c'est impossible. Et pourquoi ? Parce que c'est la vie : les unions sacrées ne durent qu'un temps, elles sont vouées à se disloquer, et font à la longue le jeu des extrêmes. C'est d'ailleurs le sens de la critique formulée par Nicolas Sarkozy (et en cela, je lui accorde même de la constance : il y a longtemps que NS prétend que la droite doit être vraiment à droite et la gauche vraiment à gauche pour éviter qu'un jour, la présidentielle se joue entre Le Pen et Bové). Autrement dit, une polarisation d'une assemblée au centre serait par nature instable. C'est ce que je vous propose de vérifier maintenant.

Supposons un état initial parfaitement stable, le système de Westminster : une droite et une gauche bien identifiées, un système d'élection uninominal par circonscription plutôt qu'un scrutin de liste national, et vous avez un camembert partagé en deux. Les extrêmes en sont exclus, un centre marginal peut demeurer, il sera la cinquième roue du carrosse, d'un côté ou de l'autre, peu importe. Etat stable : un parti domine, quand il est fatigué, l'autre prend sa place, et ainsi de suite : les Anglais font cela depuis le XVIIème siècle, en remplaçant juste les whig par les travaillistes, et cela leur convient. Les Américains aussi. Bon, mais, nous dit Bayrou dans son discours d'Evreux, cela ne marche pas en France car chacun défait ce que fait l'autre : « la confrontation de l'UMP et du Parti socialiste a été une confrontation stérile. Elle dure depuis vingt-cinq ans. Depuis vingt-cinq ans, ceux qui sont dans l'opposition flingue toute idée de ceux qui sont au pouvoir. Depuis 25 ans, à chaque élection, il y a une alternance, c'est-à-dire que l'on sort ceux qui sont en place pour les remplacer par ceux qui étaient là le coup d'avant et ceux qui arrivent n'ont pas de plus urgent besoin ou choix que de détruire ce qu'ont fait ceux qui les avaient précédés. Ce n'est pas comme cela, dans cette attitude d'affrontement perpétuel, que l'on peut construire du positif pour un pays. » On a donc un état stable, mais créant un jeu à somme nulle. Statu quo ? Mais c'est exactement ce que les contempteurs du régime d'assemblée reproche à celui-ci, notons. Bon, passons.

On se propose donc d'introduire, dans cet état stable, un centre non-marginal. Nous voilà donc avec une gauche, un centre, une droite. Notons que le centre peut être lui-même divisé, de fait, il l'est souvent. Je pense qu'on peut alors distinguer deux situations bien différentes.

On pourrait qualifier la première de bipolarisation avec centre-pivot : il continue d'y avoir une alternance droite-gauche, mais celle-ci est décidée par le centre, qui peut « choisir » la formule gagnante. Le centre, même minoritaire, détient donc un poids primordial. A la réflexion, c'est ce que pourrait obtenir Bayrou : supposons qu'il soit élu président, et, qu'aux législatives, l'UDF ne soit pas suffisamment forte pour s'imposer comme le premier parti, mais obtienne néanmoins quelque chose comme 20 % des sièges, avec, pour simplifier, l'UMP et le PS avec 40 % des sièges chacun. Nonobstant la légitimité que confère le suffrage universel au Président, nos institutions actuelles prévoient quand même que c'est le Parlement qui vote la confiance : ainsi, c'est bien au Parlement qu'il reviendrait de choisir le PM, et donc à l'UDF de faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. Cas hypothétique on s'en doute, car négligeant le particularisme français, mais cas important, car c'est dans cette configuration qu'agit le plus souvent le centre dans un régime parlementaire.

Mais effectivement, si cette solution est celle qui semble dévolue à un centre important mais non majoritaire, comme le rapport de force semblerait le dessiner actuellement et est donc l'objectif que pourrait effectivement atteindre Baryou, ce n'est pas ce qu'il souhaite : « élu président de la République, je formerai un gouvernement qui sera un gouvernement pluraliste, ouvert sur les grandes sensibilités du pays avec des personnalités nouvelles, parce qu'il faut du renouvellement, diverses par leur expérience, ayant fait leurs preuves dans la vie, d'accord sur le plan de redressement que j'aurais proposé aux Français et ce gouvernement dira à toutes les femmes et tous les hommes politiques de France : "Si vous avez entendu le message que les Français viennent de vous envoyer, si vous souhaitez entrer dans ce rassemblement pour soutenir le redressement, vous y avez toute votre place." ». Il ne s'agit plus ici d'un maintien de la polarité droite-gauche, quand bien même dominé par un « swing center », mais bien d'une polarisation unique et centrale de système partisan autour du centre, auquel se verrait agrégées la gauche de la droite et la droite de la gauche, rejetant les extrêmes. Autour d'un grand parti du centre, donc, des personnalités de valeur glanées à droite et à gauche. Autour de Bayrou, Strauss-Kahn et Borloo.

Est-ce jouable ? Deux références me semblent pertinentes. La première, c'est l'Union sacrée, le concours de toutes les bonnées volontés, et d'ailleurs, c'est explicite dans le discours de FB (par exemple : « Si je suis élu, ce gouvernement sera un gouvernement qui rassemblera des compétences venant des camps différents, s'entendant sur l'essentiel et décidées à reconstruire le pays dans une démarche de rassemblement »). La thématique de la reconstruction du pays, donc, comme justification à l'état d'union sacrée. Mais pas que : en effet, l'union sacrée ne peut être que conjoncturelle, or François Bayrou nous invite à un changement sur le long terme, donc à une polarisation structurelle du paysage politique autour du centre qu'il incarne. Et là, la référence au radicalisme est peut-être utile.

Vous me direz, pourquoi aller exhumer le radicalisme de tombeau auquel la fin des IIIème et IVème Républiques l'avait condamné ? Mais bien parce que la IIIème république raconte l'histoire d'une polarisation, centrale,mais surtout durable, du spectre politique. Le centre, occupé par les radicaux (au centre gauche, c'est vrai), n'agissait pas comme swing voter, mais comme leader des différentes coalitions, la plupart du temps, avec à sa gauche une SFIO tiraillée entre son désir d'avoir des élus, sa position doctrinale de refus de participation au pouvoir, et son ambivalence quant à l'acceptation de la République, et de l'autre une droite dont la frange progressiste avait rallié le régime et était prête à gouverner avec les radicaux, mais dont l'autre bord n'avait jamais accepté 1875. Ce sont bien les radicaux qui, à partir du gouvernement de Défense nationale de Waldeck-Rousseau, ont donné vie à la plupart des coalitions, qu'ils y soient archi-majoritaires comme lors des ministères Combes, Clémenceau, Caillaux, ou minoritaires du temps du Bloc national. Je pense d'ailleurs que François Bayrou est trop bon connaisseur de l'histoire de France pour ne pas ignorer le rôle déterminant du parti radical à cette époque.

Cela peut-il se reproduire ? Il faudrait, me semble-t-il, que soient réunis deux ingrédients : d'une part une multiplicité des clivages partisans, d'autre part une idée-force recueillant l'assentiment des membres de l'assemblée au-delà du seul centre... On retrouve à peu près cette situation au Parlement européen aujourd'hui : deux grands partis, mais peu homogènes du fait des différences nationales, avec une majorité de l'Assemblée qui se retrouve autour d'un thème fédérateur : l'Europe et le libéralisme sont pour le Parlement européen ce que la nécessité de fonder la République, le patriotisme et la défense de la laïcité furent pour la IIIème République.
Ces deux conditions ne sauraient, selon moi, s'appliquer à la France aujourd'hui : les forces politiques, pendant la IIIème République, étaient suffisamment divisées pour que soit possible ce que le maintien de la cohésion du PS et de l'UMP ne peut aujourd'hui autoriser, et le diagnostic sur les réformes à accomplir, s'il est partagé dans les états-majors des partis comme je n'en doute pas (recherche, mise à niveau des universités, libéralisation du marché du travail, Europe), n'est pas proclamé par leurs dirigeants. A noter que, si les clivages qui existent toujours à l'intérieur de l'UMP (entre gaullistes et libéraux) et à l'intérieur du PS (entre sociaux-démocrates et tenants de la 1ère gauche) se révèlaient, il ne serait pas exclu que la première condition soit réunie, et qu'une coalition large entre les sociaux-démocrates du PS, l'UDF, et les libéraux de l'UMP puisse voire le jour. Mais c'est de la politique fiction.

Qu'en penser, finalement ? Que le projet du candidat soutenu par l'UDF a des bases, sûrement (on peut polariser une assemblée au centre, et même de manière stable). Que celles-ci sont ténues en la situation actuelle, aussi (on aura des difficultés à polariser au centre notre Assemblée nationale). Cela n'interdit pas d'essayer. Quant à l'UDF, le parti le plus europhile et donc a priori le moins attaché à l'esprit cocardier républicain, le plus démocrate-chrétien, comme continuateur du radicalisme laïcard de la IIIème République, l'idée peut faire sourire... Mais en 1927, la Parti radical, réuni en congrès, refusait de trancher entre la motion présentée par Daladier (réaliser pour de bon une alliance durable de gauche avec la SFIO) et celle de Herriot et Sarrault (affirmer la vocation du parti radical à être une force centriste de gouvernement se donnant comme objectif de réaliser le programme républicain), se prononçant pour une alliance de type cartelliste avec la SFIO tout en affirmant sa volonté de gouverner au centre, et donc avec le centre-droit de Poincaré. Toute ressemblance avec le choix difficile pour l'UDF entre la ligne Robien (alliance électorale et programmatique avec la droite) et la ligne Bayrou ne serait, bien sûr, qu'une pure imagiation de l'auteur.

12 commentaires:

lili a dit…

Perspective historique qui me semble tout à fait intéressante, et que je n'irai pas commenter dans le détail, n'en ayant pas les moyens.
Une simple réaction que m'inspire ici aussi la référence à "l'Union sacrée". Je trouve que cette élection est l'occasion pour beaucoup de candidats (en tout cas pour les principaux au vu des sondages) d'en appeler qui à un grand homme, qui à une union sacrée, qui à un sauveur, etc. Je veux bien admettre que la France ne va pas bien (prétendre le contraire est difficile). Néanmoins je crois qu'elle va moins mal que ne le prétendent certains... Je crois (laissons nous aller, puisque c'est la mode, à l'exposé de nos propres croyances...) que les principaux défis sont sans doute l'éducation, l'enseignement supérieur, la recherche (dans le public et le privé) etc. Que tout cela est vrai, mais je ne crois pas que la solution vienne d'un sauveur. J'ai une instinctive méfiance vis-à-vis des auto-proclamés sauveurs... Il nous faut sans doute du courage politique, mais pas de ce qui s'appelerait une "union sacrée". Terrain dangereux, terrain glissant, malheureusement même certains qui prétendent faire preuve (et qui, à mon avis, font effectivement preuve sur certains points) d'honnêteté intellectuelle se laissent tenter par cette thématique. Dommage...

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je partage la critique précédente, c'est une intéressante perspective historique, mais malheureusement, un pan de votre raisonnement s'effondre car il est basé sur une hypothèse en complet désaccord avec les propositions de F. Bayrou.
L'hypothèse fausse est celle-ci :
"A la réflexion, c'est ce que pourrait obtenir Bayrou : supposons qu'il soit élu président, et, qu'aux législatives, l'UDF ne soit pas suffisamment forte pour s'imposer comme le premier parti, mais obtienne néanmoins quelque chose comme 20 % des sièges, avec, pour simplifier, l'UMP et le PS avec 40 % des sièges chacun. Nonobstant la légitimité que confère le suffrage universel au Président, nos institutions actuelles prévoient quand même que c'est le Parlement qui vote la confiance : ainsi, c'est bien au Parlement qu'il reviendrait de choisir le PM, et donc à l'UDF de faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. Cas hypothétique on s'en doute, car négligeant le particularisme français, mais cas important, car c'est dans cette configuration qu'agit le plus souvent le centre dans un régime parlementaire."
à laquelle vous rajoutez une affirmation, malheureusement toujours hypothétiquement fausse :
"auquel se verrait agrégées la gauche de la droite et la droite de la gauche, rejetant les extrêmes".

Francois Bayrou voulait la proportionnelle, tout du moins jusqu'à l'établissement de son projet présidentiel, dans lequel il a précisé les détails techniques, et où il arrêta son choix sur une semi-proportionnelle.
Je n'ai pas les chiffres en tête, mais ce dont je suis sur c'est que 20/40/40 n'est pas du tout le découpage qu'il y'aura (oui, je parle au futur, car je suis insensible aux mensonges des sondages du medef..euh pardon de Mme Parisot de IFOP, et mes compétences en mathématiques et en statistiques ont du mal à expliquer les évolutions de F. Bayrou sur les différentes courbes des sondeurs : http://www.lemonde.fr/web/vi/0,47-0@2-823448,54-848463,0.html ) à l'Assemblée Nationale. Il s'agira plutôt d'un 10% ext. droite, 15 à 20% d'une droite que j'appellerai conservatrice, celle de Sarkozy, 30 à 40% de centre constitués de libéraux, de gaullistes décus de la dérive atlantiste de la droite de Sarkozy, et de sociaux-démocrate, 15 à 20% de socialistes, et le reste d'alter-mondialistes et d'écologistes. Enfin c'est des pronostiques digne du café du commerce, mais cependant, ca donne plus de réalisme à ce que cela pourra être, et de facto, on trouve une représentation nationale un peu plus correcte (au pifomètre j'ai plus l'impression que cette Assemblée voterait comme les francais au TCE qu'elle ne l'aurait réellement fait lors du référendum ;) ).

Donc, la copie est à revoir chère cadence rompue ! N'oubliez pas la proportionnelle dans vos projections ! (c'est la même chose pour le PS au fait ;) )

Salutations

--
Frastealb

Sylvain a dit…

je ne pense pas que Bayrou fera passer la proportionnelle entre mai et juin .. Ceci dit, Cadence-Rompue, dépèche toi de faire Bayrou(2) car dans quelques jours il sera trop tard pour en parler ... ;)

Anonyme a dit…

Avec l'annonce de M. Rocard aujourd'hui je pense que Cadence-Rompue vient de gagner un délai de quelques semaines, il vaut mieux gagner dans l'union qu'être vaincu seul...

--
Frastealb

Cadence rompue a dit…

Au-delà des raions purement techniques qui rendent impossible à Fb de mettre en place la proportionnelle d'ici juin, je ne suis pas aussi convaincu que Frastleab qu'il sortirait d'une élection semi-proportionnelle un paysage polique avec un centre si important. Mais votre argument selon lequel un clivage droite-gauche artificiel masquerait la majorité réelle du pays pourrait alors être testé, ce qui serait en soi intéressant

Quant à Bayrou (2), je m'y mets, après qqs vacances. Mais je ne pense pas que l'appel de ROcard change quoi que ce soit au destin électoral de FBn quand bien même l'ancien premier ministre a, selon moi, tout à fait raison.

Sylvain a dit…

Les Com' marchent pas sur ton nouveau post Alors je post ici :
=============================
Assez d'accord sur l'analyse Bayrou et Ségo, mais je te trouve un peu gentil avec Sarko, tout de même, c'est la première fois qu'un candidat de la droite inspire autant de rejet par le peuple "de gauche" ... Très loin de Chirac. C'est aussi la première fois qu'à la présidentielle la droite filtre autant avec les thèmes (et plus que les thèmes) de l'extrême droite. Enfin, le "casier" de Sarko est lourd (voir l'excellente Shyntèse du Charlie Hebdo de cette semaine). Sur le thème de l'éthique, de l'anti-corruption, de la probité ... etc .. La ligne de fracture est Ségo/Bayrou Vs Sarko ...

Sinon, es-tu toi aussi dans l'incertitude ? Nous révéleras-tu ton choix avant le 22 ?

Anonyme a dit…

[B]NZBsRus.com[/B]
Dismiss Laggin Downloads With NZB Files You Can Instantly Find High Quality Movies, Console Games, MP3 Singles, Applications and Download Them @ Electric Speeds

[URL=http://www.nzbsrus.com][B]Usenet[/B][/URL]

Anonyme a dit…

Confirmation Our Black Prices at www.Pharmashack.com, The Exigent [b][url=http://www.pharmashack.com]Online Chemist's boutique [/url][/b] To [url=http://www.pharmashack.com]Buy Viagra[/url] Online ! You Can also Testifier Vast Deals When You [url=http://www.pharmashack.com/en/item/cialis.html]Buy Cialis[/url] and When You You [url=http://www.pharmashack.com/en/item/levitra.html]Buy Levitra[/url] Online. We Also Be struck within reach of a Cautionary Generic [url=http://www.pharmashack.com/en/item/phentermine.html]Phentermine[/url] On account of Your Victuals ! We Vend Monicker label [url=http://www.pharmashack.com/en/item/viagra.html]Viagra[/url] and Also [url=http://www.pharmashack.com/en/item/generic_viagra.html]Generic Viagra[/url] !

Anonyme a dit…

Infatuation casinos? junkets unshaky of this groovy [url=http://www.realcazinoz.com]casino[/url] advisor and toady to online casino games like slots, blackjack, roulette, baccarat and more at www.realcazinoz.com .
you can also inspect our latest [url=http://freecasinogames2010.webs.com]casino[/url] case at http://freecasinogames2010.webs.com and wreak havoc upon chief genially touched in the control !
another elegance [url=http://www.ttittancasino.com]casino spiele[/url] conspire is www.ttittancasino.com , because german gamblers, sequel as a be revealed during unrestrained online casino bonus.

Anonyme a dit…

It isn't hard at all to start making money online in the undercover world of [URL=http://www.www.blackhatmoneymaker.com]adsense blackhat[/URL], Don’t feel silly if you have no clue about blackhat marketing. Blackhat marketing uses not-so-popular or little-understood methods to produce an income online.

Anonyme a dit…

Eure Seite ist echt schoen, aber da wir auch eine heisse Seite haben, auf der es Zwar um den [url=http://www.sexcamamateure.net][b]Livesex[/b][/url] geht, aber dennoch das ein bestandteil des Internets ist, moechte ich Euch die Seite auch mal vorstellen.
Hier sind eben ganz private Frauen die mit einer Livecam zu hause sitzen um hemmungslos den [url=http://www.sexakt.org][b]Sex[/b][/url] zu erleben. Mit einem Chat hast Du die Chance diese Sexgirls live zu sehen und mit ihnen ueber den Chat vor
der Sexcam zu schreiben. Hier ist sie nun die geile und hemmungslose Seite fuer private Frauen die vor ihren tabulosen [url=http://www.web-sex.tv][b]Sexcams[/b][/url] auf Dich warten.

Schau rein und geniesse die Show!

Anonyme a dit…

top [url=http://www.c-online-casino.co.uk/]uk casino[/url] hinder the latest [url=http://www.casinolasvegass.com/]casino[/url] manumitted no store bonus at the chief [url=http://www.baywatchcasino.com/]bay attend casino
[/url].