vendredi 23 février 2007

Brèves & programme

La campagne est maintenant vraiment lancée, les candidats sont quasiment à égalité, c’est bien. Ça me fait toujours rire d’entendre les politiques se plaindre des sondages (dont ils ne sont pas les derniers à passer commande) : au contraire, je trouve que les sondages généralement assez fiables (pour peu qu’on prenne la peine de tenir compte des marges d’erreur qu’ils comportent), surtout pour illustrer les tendances (c’est plus difficile pour évaluer les scores des candidats marginaux, ainsi que ceux dont l'électorat est volatile [Bayrou] ou peu prolixe sur son choix [Le Pen]).

Mais le fait est que la multiplication des sondages offre une caisse de résonance hallucinante à la moindre évolution : qu’un candidat soit en baisse, une quinzaine de sondages le mesure, amplifiant ainsi le caractère d’une baisse qui, parfois, ne peut être que passagère. Attendons-donc un peu avant de mettre François Bayrou au second tour : je fais le pari qu’il n’y sera pas (ce qui ne présage en rien de la qualité de ce qu’il propose, d’ailleurs), et je remarque que les deux principaux candidats conservent une base élevée au premier tour, ce qui est la vraie différence entre 2002 et 2007.
Eh, blogger, tu nous promis de t'astreindre à des analyses que je ne retrouve pas dans ces propos mondains ! Certes. J'y travaille. Et pour preuve de ma bonne foi, j'ai moi aussi un programme, que je te livre ci-après.
Si j’arrive à me procurer le texte du discours de Sarkozy sur l’Europe, j’essaierai d’en faire un commentaire dans un prochain billet : on parle pas beaucoup d’Europe ces derniers temps, et ça nous changera de Royal. A ce sujet, je n’abandonne ni l’ambition de compléter l’analyse du discours de Villepinte, ni le détail des 100 propositions de son pacte présidentiel. Un billet sur Sarko ce week-end, un autre sur Ségo en début de semaine : ça devrait pouvoir continuer à alimenter la réflexion sur la véritable nature du ségolénisme d’une part, du sarkozysme d’autre part. En attendant, on peut lire cet article.

Et Bayrou ? Encore une tentative d’exclure ce brave homme du débat ? Vu l’audience de ce blog, je pense pouvoir facilement écarter le soupçon de faire partie d’une gigantesque conspiration médiatique anti-Bayrou… mais quand même, il aura lui aussi le droit à un billet : je rassemble en ce moment du matos pour commenter, ça devrait pouvoir ce faire la semaine prochaine.

Avant ou après un commentaire sur l’extrême gauche, je ne sais pas : la France a la chance ( ?) de voir l’extrême gauche représentée par 4 candidats : un communiste, deux voire trois trotskistes, et un altermondialiste qui fédère des tendances assez hétéroclites mais me semble proposer une grille de lecture plus moderne, une sorte de trotskisme rénové et droit-de-l’hommisé plus à même de prendre en compte les « nouvelles radicalités » qui clivent la société. Ça mérite l’attention, non ?

1 commentaire:

Marie-Christine BLIN a dit…

le discours de Sarkozy sur l'Europe est là http://www.sarkozy.fr/video/index.php?intVideoId=447&intChannelId=1